Collections : Accueil - RELIGION - Atopia

PORCELLET Philippine de [Attribué à]  

Vie de sainte Douceline - 1297

fondatrice des béguines de Marseille au XIIIe siècle

2-84137-376-5 - Année : 2020 - 264 Pages - Non Disponible


Texte précédé de Douceline, la mellifluence d’un nom par Claude Louis-Combet

et suivi de Philippine de Porcellet, auteur présumé de la vie de sainte Douceline par Ernest Renan

A paraître le 10 juin 2020

COMMANDE


Fondatrice de deux béguinages d‘obédience franciscaine, à Hyères et à Marseille, Sainte Douceline est restée, dans la tradition spirituelle, plus célèbre par ses extases et ses envols, en ses accès de lévitation que par ses œuvres institutionnelles. Sa vie, rédigée en 1297 par la béguine Philippine de Porcellet, sa plus proche compagne, se déroule comme un long poème, porteur de troublants mystères. Elle est considérée comme un des monuments littéraires de la Provence médiévale les plus remarquables et s’impose encore au lecteur d’aujourd’hui par sa suggestion du merveilleux au sein d’existences vouées, par-dessus tout, à la contemplation. Son accent quasiment surréaliste n’avait pas échappé à Blaise Cendrars qui en témoigne dans Le Lotissement du ciel en 1949.

La traduction de l’ancien provençal par le chanoine Albanès en 1879 a provoqué l’intérêt et l’enthousiasme d’Ernest Renan, dont le texte (extrait de l’Histoire littéraire de la France, paru en 1885), suit la Vie, «un des ouvrages d’édification les mieux composés et les mieux écrits du Moyen âge, une des fleurs de cette littérature franciscaine qui se développe».




Douceline, la mellifluence d’un nom

par Claude Louis-Combet


Prolégomènes par Joseph-Hyacinthe Albanès


PREMIÈRE PARTIE: Le Manuscrit et l’Auteur de la Vie de sainte Douceline


I. Description du Manuscrit

II. Historique du Manuscrit

III. La Vie de sainte Douceline a été composée à Marseille

IV. Elle a vu le jour en 1297

V. Elle a pour auteur une béguine, et très probablement Philippine de Porcellet


DEUXIÈME PARTIE: Sainte Douceline et son œuvre


I. Chronologie des actes de sainte Douceline

II. Date de la fondation du Béguinage de Marseille

III. Culte de sainte Douceline

IV. Ce que c’étaient que les Béguines

V. Emplacement occupé par le Béguinage de Marseille



LA VIE DE SAINTE DOUCELINE


I. Le premier chapitre traite de sa manière de vivre en habit séculier, et de son origine par rapport à ses parents

II. Le second chapitre dit de qu’elle manière elle prit l’habit de pénitence

III. Le troisième chapitre raconte de qu’elle manière elle organisa son établissement et son ordre

IV. Le quatrième chapitre traite de son humilité et de son obéissance

V. Le cinquième chapitre traite du vœu de la sainte pauvreté, et de qu’elle manière elle la garda avec un amour et un soin extrêmes; et du grand méprisqu’elle avait pour les choses temporelles

VI. Le sixième chapitre traite de l’austérité de sa vie, et de l’exercice des bonnes œuvres auxquelles elle s’appliquait, elle les autres

VII. Le septième chapitre traite de sa douceur et de son innocence

VIII. Le huitième chapitre traite de sa fervente charité, et du service des malades, auquel elle s’appliquait

IX. Le neuvième chapitre traite de l’application et de la ferveur de son oraison, et de ses hauts ravissements

X. Le dixième chapitre traite de la fermeté de sa contemplation, des révélations que Dieu lui faisait, et de sa grande constance dans ses résolutions

XI. Le onzième chapitre traite de l’intelligence des Écritures, et de l’esprit de prophétie

XII. Le douzième chapitre traite des miracles que Dieu faisait par elle

XIII. Le treizième chapitre traite de la mort de la Sainte

XIV. Le quatorzième chapitre traite de la translation de la Sainte

XV. Le quinzième chapitre traite des miracles que Dieu opéra par l’intercession de la Sainte, après sa mort


Épilogue


Philippine de Porcellet, auteur présumé de la vie de sainte Douceline

par Ernest Renan