Collections : Accueil - PHILOSOPHIE - Krisis

DEVARIEUX Anne  

L’Intériorité Réciproque

L’hérésie biranienne de Michel Henry

2-84137-343-7 - Année : 2018 - 368 Pages - 30 €
COMMANDE


Michel Henry est un hérétique en terre phénoménologique. Notre thèse est que cette hérésie est biranienne, que Maine de Biran est l’hérésie de M. Henry. Que sa lecture de Biran fait l’essence de son hérésie, non pas seulement en terre biranienne, mais en terre philosophique et par conséquent phénoménologique, sinon en “terre théologique”. Hairesis désignait, pour les païens, non pas une doctrine fausse ou pernicieuse, mais une école de pensée : c’est à l’homodoxie et non pas à l’orthodoxie que s’opposait l’hétérodoxie. Ce sont les chrétiens qui ont introduit le sens nouveau en terre païenne.
Ce livre n’est pas un livre sur Michel Henry. Il n’est pas davantage un livre sur Maine de Biran. Il est un livre sur le rapport que le premier a cru devoir établir avec le second, et a effectivement établi, mû par une nécessité proprement philosophique.


In memoriam

Introduction
Philosophie française et phénoménologie : la formation philosophique de M. Henry
a. L’intériorité réciproque
b. Le dualisme ontologique. L’erreur moniste de Hegel selon Kojève

Chapitre premier
L’exégèse henryenne de Maine de Biran
I. L’hérésie de Michel Henry : Philosophie et phénoménologie du corps. Essai sur l’ontologie biranienne
II. Les principes de la phénoménologie henryenne
III. L’entrée dans Philosophie et phénoménologie du corps : l’approfondissement d’une structure
IV. De Philosophie et phénoménologie du corps à l’introduction de L’essence de la manifestation

Chapitre deuxième
Le dualisme ontologique
I. Le dualisme ontologique
a. Le vrai commencement
b. Dualisme ontologique et double emploi des signes
c. Fondement et exclusion. Un oxymore ?
 II. Biran phénoménologue ?
a. Les présupposés de l’ontologie biranienne
b. Réflexion et représentation
c. Le sentiment d’être cause ou fait primitif
d. Représentation et réflexion: le visible et l’invisible

Chapitre troisième
Au fondement de l’intériorité psychologique, l’intériorité ontologique
L’intériorité sans objet
a. Quel mouvement ? Mouvement et révélation
b. L’immanence de l’ego : mouvement et capacités ; désir et volonté
c. L’auto-affection comme autre nom de la révélation
d. Retour nécessaire sur le fait primitif. Dire l’évidence métaphysique / Dire la vie
e. L’unité sentie

Chapitre quatrième
Le corps subjectif
I. La découverte du corps subjectif.
a. Spatialité du corps propre. Condillac entre Biran et Henry
a. 1. Continuité du corps propre
a. 2. Critiques biranienne et henryenne
b. l’étendue intérieure continûment résistante
b. I. Incarnation
b. 2. Réplique d’effort, réplique de sentiment
b. 3. Continuité de soi / continuité de corps
c. Pouvoir et affectivité / Auto-affection pathétique
II. Le continu
a. Réminiscence personnelle et phénoménologie de la mémoire
b. Capacité permanente / habitude
c. Retour sur le continu. Le mouvement dans le mouvement
III. Les corps dans Incarnation
a. La résistance et le toucher
b. Corps originaire et corps organique
c. La relation primitive / L’homogénéité sentie : le mouvement
d. Circonscription du corps. Plages de résistance
e. L’intentionnalité en question. Corps organique et action
f. La critique du chiasme
g. Du corps organique au corps propre chosique. La raison d’être de trois corps : le mouvement
h. Y a-t-il une intentionnalité biranienne ?
IV. Philosophie et phénoménologie du corps : les trois corps
a. L’intentionnalité sui generis du mouvement
b. De l’immanence à la transcendance extatique
b. 1. Le « distinct non séparé » biranien
b. 2. Le continu résistant selon M. Henry
c. La raison d’être des trois corps
c. 1. L’abolition du rapport et le contresens magistral
c. 2. L’unité sentie : dire le rapport
IV. L’être du mouvement / L’immanence
a. Retour sur le dualisme ontologique : le § 3 de PPC et le statut de l’effort
b. L’être de l’effort

Chapitre cinquième
L’ontologisation de l’effort.
I. La conjonction originelle
a. Le corps ou l’ « archi-fait »
b. Affect et représentation
c. Force et affect. Le vouloir
d. Primauté de l’affectivité
e. Une double auto-affection : mise à l’accusatif du moi et mise en accusation de l’ego
e. 1. Deux auto-affections
e. 2. Le moi comme rapport à soi
f. Deux mouvements, deux rapports ?
II. Réalité de la liberté transcendantale
a. Travail et action subjective
b. Y a-t-il une spécificité du sentiment de l’effort ?
c. La pulsion
III. Mouvements de la vie et de l’ego
a. l’ipséité de la vie persévérante
b. Désir et volonté

Chapitre sixième
Trinité biranienne et trinité henryenne
a. Le verbum mentis ou le Verbe intérieur
b. La trinité biranienne
b.1. La voix et l’ouïe. De la parole au Verbe
b. 2. La théorie de la croyance
b. 3. Le platonisme chrétien
c. Les Notes sur l’Évangile de saint Jean
d. La parole johannique selon Henry

Chapitre septième
Temporalité et affectivité
I.Vitalisme biranien / vitalisme henryen
a. Trois ordres de faits
b. Le sentiment de la vie, ou sentiment de l’existence : la mélodie des affects
c. La passivité
d. La critique henryenne
e. La double intériorité
f. Le jeu de la vie : le « tact intérieur »
g. La cœnesthèse
h. La fièvre de l’existence
i. Individu / individuation
II. Vicissitudes du sentiment de l’existence et temporalité affective
a. La réversibilité ou la loi de l’antinomie. Histoire des tonalités
b. Éternel présent
c. Irréalité du passé

Conclusion