Collections : Accueil - RELIGION - Atopia

PORETE Marguerite  

Le Miroir des simples âmes anéanties

2-84137-374-1 - Année : 2020 - 272 Pages - 23.5 €
Traduit de l’ancien français par Claude Louis-Combet
Introduction de Emilie Zum Brunn


COMMANDE


À Londres en 1943, Simone Weil lisant les mystiques médiévaux prenait connaissance d’une version anglaise modernisée du Miroir des simples âmes, d’«un mystique français du xive siècle» encore anonyme, dont la pensée et la sensibilité vibraient à l’unisson des siennes. C’est seulement en 1946 – grâce à l’historienne italienne Romana Guarnieri – que le rapprochement sera fait entre le Miroir des simples âmes anéanties que Simone Weil lut peu avant sa mort et l’œuvre qui coûta la vie à son auteur, une béguine nommée Marguerite Porete, condamnée au bûcher par l’Inquisition.
Si le livre comme son auteur, considérés comme hérétiques sont voués au bûcher, cela n’empêchera pas le livre de connaître un succès foudroyant dans toute l’Europe médiévale jusqu’à la Renaissance, surmontant les barrières linguistiques, puisqu’il est traduit par des chartreux anglais, des cisterciens rhénans et italiens, puis dans des langues modernes. Chef-d’œuvre de la littérature médiévale en langue française (langue d’oïl), Le Miroir des simples âmes est le texte fondamental de la mystique occidentale, un cas exceptionnel d’une œuvre spéculative rédigée par une femme au Moyen Âge. D’une sensibilité théologique proche de celle de Maître Eckhart, dont elle est l’aînée sur le chemin de la mystique de l’Être, Le Miroir des simples âmes développe, en une écriture magnifique, les thèmes les plus élevés de la spiritualité contemplative: le renoncement à l’identité propre, l’anéantissement de l’esprit dans la lumineuse ténèbre de la divinité, la communion au Dieu inidentifiable, la pure mélodie de l’âme amoureuse.
Sauvé comme par miracle des braises du bûcher, le livre de Marguerite Porete témoigne admirablement de la hauteur métaphysique et de la charge affective de la mystique rhéno-flamande du Moyen Âge.


INTRODUCTION
Qu’est-ce qu’un miroir? Un point de vue contemplatif Un long procès qui dure encore. Du béguinage au bûcher. Lire le Miroir

1. Prologue – 2. De l’entreprise d’Amour, et pourquoi celle-ci fit faire ce livre – 3. Amour parle ici des commandements de Sainte-Église – 4. De la noble vertu de Charité, et que celle-ci n’obéit qu’à Amour – 5. De la vie qui s’appelle «paix de charité en vie anéantie» – 6. Comment l’Âme amoureuse de Dieu, vivant dans la paix de charité, prend congé des Vertus – 7. Comment cette Âme est noble, et comment elle ne tient compte de rien – 8. Comment Raison s’ébahit de ce que cette Âme ait délaissé les Vertus, et comment Amour les loue – 9. Comment ces Âmes n’ont point de volonté – 10. Comment Amour nomme cette Âme par douze noms pour les actifs, à la requête de Raison – 11. Comment, à la requête de Raison, Amour donne connaissance de cette Âme aux contemplatifs, en déclarant neuf points dont il a été fait mention ci-dessus – 12. La vrai entendement de ce que ce livre dit en tant de lieux, que l’Âme anéantie n’a point de volonté – 13. Comment Raison est satisfaite de la déclaration des choses susdites pour les contemplatifs et actifs, mais elle interroge encore pour les communes gens – 14. Comment cette Âme a, par sa foi, connaissance de Dieu – 15. Il est parlé ici du Saint-Sacrement de l’Autel – 16. Ici Amour répond à Raison au sujet de qu’elle a dit que l’Âme sait tout et ne sait rien – 17. Où Amour répond à Raison – 18. Comment ces créatures ne savent plus parler de Dieu – 19. Comment Foi, Espérance et Charité demandent à Amour connaissance de ces Âmes – 20. Sur ce qu’elle a dit que nul ne connaît ces Âmes, sinon Dieu, Amour répond à Raison – 21. Amour répond à l’argument de Raison, à propos de ce que dit ce livre que ces Âmes prennent congé des Vertus – 22. Comment cette Âme est comparée à l’aigle, et comment elle prend congé de Nature – 23. Comment cette Âme a deux piliers, et comment elle est ivre de ce que oncques elle ne boit – 24. En quel temps ces Âmes sont en la droite liberté de Pur Amour – 25. Raison demande à Amour si ces Âmes ressentent joies en elles-mêmes – 26. Comment cette Âme n’aime rien sinon pour l’amour de Dieu – 27. Comment Méditation d’Amour Pur n’a qu’une seule intention – 28. Comment cette Âme nage en la mer de joie – 29. Raison demande à Amour quand est-ce que cette Âme est en la pure franchise d’Amour – 30. Comment Raison dit à Amour de satisfaire cette Âme en lui parlant de Dieu tout ce qu’il en pourrait dire et déclarer – 31. Comment Amour calme l’Âme parce qu’elle a donné à son époux tout ce qu’elle avait – 32. Comment Amour fait durer ces Âmes en leur sens – 33. L’Âme s’étonne lorsqu’elle pense aux dons de la bonté de Dieu – 34. Comment l’Âme dit qu’elle ne peut rien d’elle-même – 35. Comment cette Âme blâme Raison, et dit qu’elle est aimée de Dieu sans commencement – 36. Comment l’Âme est libre et n’est plus soumise à Raison – 37. Où l’Âme dit qu’au paradis, ses péchés seront connus pour sa plus grande gloire – 38. Comment l’Âme reconnaît la courtoisie d’Amour en reconnaissant parfaitement sa pauvreté – 39. Comment Raison veut servir cette Âme et en être esclave. – 40. Comment Amour appelle cette Âme suprêmement sage, et pourquoi – 41. Comment l’Âme n’éprouve aucun chagrin pour les péchés… – 138. Comment l’Âme retourne à son premier état. – 139. Comment Nature est subtile en plusieurs points. – Explicit.