Collections : Accueil - HISTOIRE - Asclepios

FONTAINE Jacques  

Discours des marques des sorciers - 1611

et de la réelle possession que le diable prend sur le corps des hommes

2-84137-428-1 - Année : 2024 - 152 Pages - Non Disponible
Édition critique et introduction par Sophie Houdard et Thibaut Maus de Rolley
COMMANDE



En 1609 Madeleine de Demandolx de la Palud, Ursuline d’Aix-en-Provence, est saisie de violentes convulsions, de crises de catalepsie… Malgré des exorcismes répétés, son état s’aggrave, et ses symptômes gagnent d’autres nonnes. D’individuelle, la possession se fait collective.
Au fil des exorcismes qui suivent, les démons accusent le prêtre Gaufridy, ancien confesseur de la jeune fille, d’être à l’origine de la possession des ursulines. Les médecins sont convoqués, observent les corps des deux suspects : toute singularité que le corps peut présenter (un grain de beauté, une tache de naissance, une cicatrice…) devient un stigmate diabolique. Ainsi la marque devient-elle une preuve juridique indissociable d’un pacte passé avec Satan.



Le médecin, le sorcier, la possédée
Thibaut Maus de Rolley
 • Le procès de Louis Gaufridy
 • Expertises médicales
 • Jacques Fontaine : médecin, auteur, polémiste
 • « Un petit discours pour mon instruction particulière »
 • Une approche clinique de la possession

Le caractère du diable
Sophie Houdard
 • L’affaire Marthe Brossier : le double corps à corps du médecin et de l’exorciste
 • Les parties mortes du corps démoniaque
 • Le récit de la transe et le corps immobile
 • De la séduction au sabbat
 • Les marques sèches et insensibles

Note sur la présente édition


DISCOURS DES MARQUES DES SORCIERS
et de la réelle possession que le diable prend sur le corps des hommes

À la reine régente de France


Premier discours
• Des marques diaboliques qui se trouvent sur les corps des sorciers, en divers endroits de leur personne.
• Que le malin esprit marque tous les sorciers, et que nul n’est marqué des marques qu’on trouve ordinairement sans son consentement.
• Que les marques des sorciers sont des parties mortes.
• La façon et artifice par lequel le diable fait les marques des sorciers.
• Si les marques des sorciers se peuvent effacer, ou non.

Second discours
• De deux finesses et stratagèmes que le diable fait pour ôter la créance de la réalité du transport des sorciers au sabbat.
• Et de la réalité de la possession qu’il fait des corps des hommes.

Troisième discours
• À savoir si Madeleine de la Palud de la Compagnie des filles de sainte Ursule est possédée par les preuves qu’on peut tirer de la Faculté de médecine.


• Bibliographie des œuvres de Jacques Fontaine
• Bibliographie
• Éditions du Discours des marques des sorciers
 Sources manuscrites
 Sources anciennes
 Études critiques
-->